X FERMER

NAVIGATION

LE CABINET
Nos implantations L'équipe Candidature spontanée
EXPERTISE COMPTABLE
Nos compétences
  • Comptabilité
  • Contrôle fiscal
  • Fiscalité et optimisation
  • Logiciel comptable en ligne
  • AUDIT
    Nos missions
  • Audit légal
  • Audit contractuel
  • STRATÉGIE D'ENTREPRISE
    Nos savoir-faire
  • Création / Reprise d'entreprise
  • Conseil et Assistance
  • Statut du dirigeant
  • GESTION SOCIALE
    Nos stratégies
  • La paie
  • Logiciel de paie en ligne
  • Optimisation sociale
  • JURIDIQUE
    Secrétariat juridique
    ACTUALITES
    SADECO RECRUTE UN(E) COLLABORATEUR(RICE) GESTIONNAIRE DE PAIE Chiffres clés Janvier 2023

    C'est l'histoire d'un acquéreur pour qui deux informations valent mieux qu'une...

    (Article du 03/12/21)



    C'est l'histoire d'un acquéreur pour qui deux informations valent mieux qu'une...

    Un acquéreur signe un compromis de vente d'une maison. 5 mois plus tard, au moment de la finalisation de l'achat, il décide de se rétracter. « Impossible », répond le vendeur...

    Celui-ci rappelle que le compromis de vente a été notifié à l'acquéreur par lettre recommandée avec avis de réception juste après sa signature. Or, cette notification a fait courir le délai de rétractation de 10 jours dont il disposait... qui est donc, au jour de la finalisation de l'achat, largement expiré ! Sauf que cette notification n'était pas accompagnée d'une lettre expliquant les modalités de cette rétractation, rétorque l'acquéreur, ce qui la rend irrégulière. Dès lors, même si 5 mois se sont écoulés depuis la signature du compromis, il peut encore valablement se rétracter...

    « Faux », tranche le juge : la seule notification du compromis suffit à faire courir le délai de rétractation de l'acheteur, sans qu'il soit nécessaire d'y joindre une lettre explicative. L'acquéreur ne peut donc plus se rétracter...


    Arrêt de la Cour de cassation, 3ème chambre civile, du 9 juillet 2020, n° 19-18943

    La petite histoire du jour