X FERMER

NAVIGATION

NOUS CONNAITRE
Nos implantations L'équipe
EXPERTISE COMPTABLE
Nos compétences
  • Comptabilité
  • Contrôle fiscal
  • Fiscalité et optimisation
  • Logiciel comptable en ligne
  • AUDIT
    Nos missions
  • Audit légal
  • Audit contractuel
  • STRATÉGIE D'ENTREPRISE
    Nos savoir-faire
  • Création / Reprise d'entreprise
  • Conseil et Assistance
  • Statut du dirigeant
  • GESTION SOCIALE
    Nos stratégies
  • La paie
  • Logiciel de paie en ligne
  • Optimisation sociale
  • JURIDIQUE
    Secrétariat juridique
    ACTUALITES
    SADECO RECRUTE GESTIONNAIRE PAIE SADECO RECRUTE COLLABORATEUR COMPTABLE Revenus fonciers : Faut-il réaliser des travaux immobiliers en 2019 ? Social : Chiffres clés 2019

    COORDONNÉES

    SOCIAL - FORFAIT JOURS (MARS 2018)

    Forfait Jours : Faites le point

    Prenant en compte le contrôle strict de la Cour de cassation notamment sur le suivi de la charge de travail, la "loi travail" d'août 2016 a sécurisé le recours au forfait annuel en jours. Ainsi, elle a enrichi les mentions obligatoires des accords collectifs permettant d’y recourir. Pour les accords conclus antérieurement, il est possible de les compléter de manière unilatérale. En cas d’accord incomplet, les conséquences financières sont lourdes. Il est donc nécessaire de faire le point !

    Mentions obligatoires de l'accord collectif

    Outre les mentions relatives aux catégories de salariés concernés, au nombre de jours du forfait, à la période de référence et à l'impact sur la rémunération des absences ou entrées/sorties en cours d'année et les caractéristiques principales des conventions, l'accord doit prévoir les modalités :

    • d'évaluation et de suivi régulier de la charge de travail par l'employeur ;
    • d'exercice du droit à la déconnexion ;
    • de communication périodique entre l'employeur et le salarié sur la charge de travail, l'articulation entre activité professionnelle et personnelle, la rémunération et l'organisation dans l'entreprise.

    Sécuriser unilatéralement un accord incomplet

    Les accords antérieurs à la "loi Travail" ne prévoyant pas ces modalités peuvent être révisés ou complétés de manière unilatérale par l'employeur. Dans cette dernière hypothèse, l'employeur doit prévoir :

    • l'établissement d'un document de contrôle des jours ou demi-journées de travail ;
    • les modalités permettant de s'assurer de la compatibilité de la charge de travail du salarié avec le respect des temps de repos ;
    • entretien annuel pour évoquer la charge de travail, l'organisation de son travail, l'articulation activité professionnelle et vie personnelle, ainsi que la rémunération.

    Les accords collectifs de branche invalidés par le juge ne peuvent pas être complétés de manière unilatérale.

    Sanctions

    Si l'accord est incomplet, ou si le dispositif de suivi n'est pas mis en œuvre de manière effective, l'employeur s'expose à un rappel d'heures supplémentaires. Pénalement, une condamnation pour travail dissimulé est encourue (amende de 45 000 € et une peine d'emprisonnement de 3 ans). De plus, en cas de rupture de la relation de travail, le salarié peut bénéficier d'une indemnité forfaitaire égale à six mois de salaire.

    LES ACTUALITÉS ARCHIVÉES